Communautés historiques #Métis: “Là où le fleuve se rétrécit”

image

La notion de différentes races est un concept social qui n’existe pas. Le gouvernement a tenté pendant des années d’en faire de nous la race Indienne, puis la race des Premières Nations et la race Autochtone. Mais nous ne sommes pas une race. Nous sommes les Nations Autochtones. – Wab Kinew. 

Les Nations Autochtones.

Les Métis ont existé et prospéré en “Nouvelle France” et en Acadie; suffisamment de preuves empiriques documentent leur présence.

La contestation dans certains milieux ce ceint plutôt autour du concept de communautés Métis historiques, et si ces entités existent ou existaient à l’est des Grands Lacs.

Les Métis situés à l’ouest des Grands Lacs ont reçu beaucoup d’attention et tout le financement nécessaire afin de se représenter et produire nombreuses recherches érudites sur leurs communautés historiques. En raison de la Scrip, conçu dans le but d’éteindre le titre autochtone des Métis (plus sur le sujet ici), il existe une documentation récente de familles et de leurs communautés.

Les Métis situés à l’est des Grands Lacs on souffert l’extinction de leur titre autochtone de façon beaucoup plus progressive, et n’ayant aucun pouvoir décisionnel. (voir ici pour plus d’infos)

Le réputé sociologue Gérard Bouchard a partiellement raison: l’Eglise catholique, fortement impliquée dans la gouvernance administrative depuis les jours de la Nouvelle-France jusqu’à la fin des années 1960, déconseillait fortement les unions entre les Nations Autochtones et la gent pieuse du “Pur Laine” catholique.

Où Bouchard fait erreur, c’est par sa tentative d’homogénéiser le Métis du Kébec à la population générale du Québec dans le but d’affirmer le récit du Québécois de souche comme étant Peuple Original. Les familles métissées avaient choisi se déplacer des villages colons, se rapprochant des villages Autochtones.

Les Métis ont été le plus souvent ostracisés par le colon, probablement en raison de l’enlèvement et / ou l’assassination des plusieurs premiers colons par les Autochtones.

Très peu de recherches ont été faites pour nous aider à comprendre la raison que certains colons sont tombés victimes des Autochtones, tandis que d’autres avaient survécus.

Mon premier ancêtre colon, Jacques Brisset, arriva au Canada avant 1648. Il a été “enlevé” par les Autochtones après 1656 et “libéré” après Juillet 1660.

J’utilise délibérément des guillemets, parce que je n’ai trouvé aucune preuve à l’appui de la raison de sa survie, tandis que nombreux autres colons furent rapidement tués. Pourquoi les Autochtones auraient nourri, vêti et abrité un mec blanc plutôt qu’un autre? Pourquoi a-t’il survécu? Le clergé auraient-t’ils utilisé le terme “enlèvement” comme une mesure visant à effrayer les autres colons afin d’assurer un contrôle sur les mariages métissés, et ostraciser ceux qui ont fait union parmi les Nations Autochtones?

Nous ne saurons probablement jamais. L’étude des premiers colons est limitée à des généalogistes amateurs, qui présentent des hypothèses comme des faits et ces hypothèses sont entachées par celui biais qu’ils ont. Qui est pourquoi je préfère utiliser des guillemets pour enlèvement et libération.

Nous savons que Jacques fût légué une propriété distancée du village des Trois-Rivières, sur l’ile du Milieu (Saint-Christophe) en Mars 1655, avec le père de sa future bru, Pierre Dandonneau.

Nous savons aussi que nous n’avons pu retracer les origines ou l’acte de mariage avec son épouse, Jeanne Fétis (ou Fétéis ou Fortier ou Forestier ou Forest). Nous savons qu’elle est pas une “Fille du Roy» ni une «Fille à marier”, nous savons qu’elle n’est pas arrivée avec son époux, et nous ne pouvons trouver aucune trace de sa naissance en France.

Nous savons que lorsque de plus en plus de colons arrivèrent en Nouvelle-France, les descendants de Jacques se sont relocalisés vers l’ouest, loin de la population des colons et plus profondément dans les parties non-colonisées.

Jacques, fils, acheta une seigneurie avec son beau-frère Louis Dandonneau. La seigneurie est située à l’amont des Trois-Rivières, sur l’Ile Dupas, une île dans le fleuve St-Laurent connue pour être le lieu de rencontre des Nations Abénaki et Atikamekw, et juste en face de là où est maintenant la réserve d’Odanak.

Les Bri/e/sset(te), Courchenes et Dupas viennent tous de cet ancêtre commun, et ont vécu aux côtés des Abénaki, des Atikamekw, des Wendat et, bien sûr, d’autres Métis depuis lors, nous mariant entre nous et nous répandant au nord, sud et, oui, à l’ouest, passé les Grands Lacs.

Nos communautés historiques entourent l’Ile Dupas, dans les parties de ce qu’on appelle maintenant Lanaudière et la Mauricie.

Nous sommes la Nation Métis du Kébec.

Nous sommes une Nation.

Oh, et Kébec signifie “là où le fleuve se rétrécit» en Algonquin.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s