La question: Aaniin odoodemaayan?

 

Aaniin odoodemaayan?

Je ne peux pas répondre à cette question. Je sent parfois comme si la réponse m’a été volée. Mais je continue à la chercher.

Le nom d’origine de la rivière St-Maurice était “Métabéroutin”, nom Algonquin qui signifie “décharge du vent”; la Nation Atikameks de Haute-Mauricie la nomme toujours “Tapiskwan Sipi”, la “rivière de l’aiguille filée”.La Nation Abénaquis la nomme “Madôbaladenitekw” ou la “rivière qui se termine”.

Une rivière. Plusieurs noms. Des noms qui veulent dire quelque chose, qui informent du terrain. Des noms Autochtones.

En cherchant ma généalogie matriarchale, beaucoup de mes ancêtres “apparaissent” de nulle part. Des irrégularités d’orthographe dans les registres de l’Église, des entrées manquantes, des espaces vides. Pleins de culs-de-sac.

État et l’Église; Église et l’État. Travaillant ensemble en étroite collaboration aussitôt les Jésuites remplacés par les Sulpiciens en tant que curatelle des registres de Kebec / Nouvelle-France / Bas-Canada / Canada-Est / Québec. La Société Notre-Dame de Montréal, fondée par De la Dauversière , avait pour but de convertir et civiliser les Peuples Autochtones, suite aux directives du Roi Louis XIV et la dissolution de la Compagnie des Cent-Associés de la Nouvelle-France.  

Montreal_13_db
Séminaire Saint-Sulpice, Tiohtià: ke.

Comment pourraient-ils civiliser mes ancêtres?

Traduire leurs noms, il semble. Les * Franciser *, peut-être?

En lisant les “Relations des Jésuites” (1632-1673),  on peut conclure que Lallemont, LeJeune, Bréboeuf et autres ont fait une tentative d’enregistrer les noms sous la forme écrite plus proche possible. On peut reconnaître les protagonistes communs des différents auteurs même si l’orthographe diffère.

Par exemple, Noël Negabamat, Tekouerimat, Tek8erimat était un guide constant des premiers Jésuites. Plus tôt dénommé Noël Negabamat, Père LeJeune a veillé expliquer son changement de nom qui refléta son ascendant au rôle de capitaine de sa communauté. Ironie du sort, capitaine dechasse est le terme également utilisé par les Métis Otipemsiwak des Prairies.

Comme nous pouvons constater dans la correspondance plus tard, Capitaine Noël Negabamat Tekouerimat pouvait converser en français et en anglais – après avoir passé du temps avec les Anglais dans la terre des Abénakis:

Studio_20160402_015421.png

Correspondance entre Noël Negabamat Tekouerimat, Capitaine Chrétien, à Père LeJeune en France, Relations des Jésuites, 1654.

Qu’en est- il de *l’autre* Noël? Mon ancêtre Noël Langlois?

Enregistré en tant que Pilote (capitaine) du Fleuve Saint-Laurent et pêcheur. Dont l’ identité est vivement débattue, mais dont la généalogie est bien documentée. Dont les descendants vivent sur la terre Atikamekw de Nitaskinan que les colons appellent Lanaudière et Mauricie?

Un autre de mes ancêtres et l’ancêtre de nombreux Voyageurs, Hivernants et de Métis Otipemsiwak.

C’est peut-être seulement qu’une coïncidence que ces 2 Noël du même âge vivaient côte à côte à Kamiskoua-Ouangachi – la Mission de Sillery. un Chef chrétien Autochtone et un Colon. L’un capitaine et pêcheur – l’autre un pilote et pêcheur.

Regardons d’autres noms Autochtones qui ont été francisé par les missionnaires sulpiciens:

LAMONTAGNE – Watso

PISSENNE:

MICHEL:

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s