The Sillery “reduction” and Pachirini’s fief: first reserves for christian Indigenous

In 1637, missionaries of the Society of Jesus, the Jesuits, found a mission outside the village of Kébec. The Jesuits choose an important site for the First Nations, known as Kamisk8a 8angachitthe eel tip and the place to fish (known as Sillery).

Initially, the reduction of Sillery is called the St. Joseph Mission (not to be confused with its namesake created in 1680 in the Country of the Illinois Nation). The goal is sedentarization, conversion to Catholicism, and the education of the neighboring First Nations – Innu Nations, Atikamekw, Algonquin, the Wendat Nation, and even some converts from the Mohawk and Abenaki Nation. At the same time, unions between Nations, including that of the Settlers, are encouraged by missionaries because this type of union

will oblige all savages to love the French as their brothers. They testify to wish it with passion, for they never have more satisfaction with our speeches when we promise them that we will take their daughters in marriage, for after that there is a thousand applause. They tell us that when we do this marriage, they will hold us as their nation, considering the descent and kinship of families by their wives and not by men, all the more so, say he, that we know that the mother of the child, but not sternly who is the father.

At first, the Jesuits think that

These marriages can not produce any bad inconvenience, for never will savage wives seduce their husbands to live miserable in the woods, as do the peoples of New France, and the children who will be born of these marriages may be none other than Christians, nourished and raise up among the French and in their dwelling, besides that there is no appearance, in the docility of this people who is not warned of any other religion, that the married woman can not easily be solved. to follow the religion of her husband, in which, when she considers only the diversity of life, she will embrace a life of angels instead of the misery of other savage women

In the first decade, the mission was renamed in honor of Noël BRÛLARD de Sillery, a Frenchman turned Jesuit who donated his property to establish a mission to evangelize the First Nations of New France. Houses, a chapel, a mill and a bastioned enclosure are built there.

Thanks to the Sillery Register, which contains marriages and baptisms, the list of residents of 1666 and the Confession and Enumeration of 1678, we can see the acts of some 400 men, women and children who lived at the Mission.

Studio_20180825_130047

The Sillery Register reflects the “Pan-Indigenous” role of Sillery’s mission. Representatives of several Nations visit or stay there: in addition to Montagnais and Algonquins of the beginning, there are Attikameks, Hurons, Nipissiriens, Abenaki, Socoquis, etc., who come to learn about the faith. . The presence or stay in Sillery of great figures of the Amerindian world like Noël Negabamat / Tekouerimat, Makheabichigiou, Pigarouich and Tgondatsa, confirm the role played by Sillery in Amerindian relations. Originally intended for the Algonquins and Montagnais, Sillery then welcomed the Abenaki, whose presence is reported from 1676 to 1688. This is the densest period of the register for the frequency of baptisms. In fact, most of the Aboriginal baptisms attributed to Sillery (1,099 out of 1,716, or 64%)

At birth, the child receives a Native American name of his own; at baptism, we give him a Christian name. Amerindians have no surnames and it is exceptional that the child has the same name as his father. Some
many Amerindians have inherited French nicknames, indicated in French in the Latin text: L’Arquebuze, Le Marchant, Castillon, Compere Colas, the great Jacques, etc.

From 1687, and for non-obvious reasons, the Pan-Indigenous families, now fluent in the French language, leave Sillery and the mission is abandoned.

At the same time, the Pan-Indigenous families of the late Charles PACHIRINI, Sachem of the Makwag clan of the WESKARINI Nation (nicknamed the Little Mission), leave the Montmagny Fief near the Tapiskwan River (known as the Saint-Maurice) where these Christian First Nations settled.

Trois Rivieres

From 1690 onward, we begin to find the families from these two sites at the Seigneury of the ile Dupas-et-du-Chicot, which Charles Aubert de la Chesnaye had conceded to Louis DANDONNEAU and his brother-in-law Jacques BRISSET. The site, which consists of a network of islands upstream of Lake Nebesek (also known as Angouleme and Saint-Pierre), had never been inhabited continuously before. The archipelago was a fishing and hunting area used by many neighboring First Nations.

In 1699, both Sillery and Pachirini’s fief were removed from the “Savages” and handed over to the Jesuits. The document indicates that the “Indians” had abandoned the sites near the Jesuit lands. The document was made between Hector de CALLIÈRES and the Jesuits, without any participation or consent of any First Nations representative or their descendants.


Further research is needed to examine the impacts of this legal document on the land claims of First Nations and Metis descendants who had their rights revoked in these territories.

Sources:

Pierre de SESMAISONS, Raisons qui peuvent induire Sa Saincteté à permettre aux François qui habitent la Nouvelle-France d’espouser dez filles sauvages, quoyque non baptisées ny mesmes encorre beaucoup instruictes à la foy chrestienne [avant 1635] MNFIII

Léo-Paul HÉBERT, Évangéliser les Amérindiens : Le vieux Registre de Sillery (1638-1688) Je me souviens… Numéro 31, automne 1992 URI : id.erudit.org/iderudit/8112ac

Jean COURNOYER, La Mémoire du Québec, de 1534 à nos jours, Stanké 2001

 

Advertisements

La réduction de Sillery et le fief Pachirini: premières réserves des autochtones chrétiens

En 1637, des missionaires de la Société de Jésus, les Jésuites, fondent une mission à l’extérieur du village de Kébec. Les Jésuites choisissent un site important aux Premières Nations, connue comme étant Kamisk8a 8angachitla pointe aux anguilles et l’endroit ou aller pêcher (connue aussi comme Sillery).

Initialement, la réduction de Sillery est appelée la mission Saint-Joseph (à ne pas confondre avec son homonyme créé en 1680 au Pays des Illinois). L’objectif est la sédentarisation, la converstion au catholicisme et l’éducation des Premières Nations avoisinantes, soit des Nations Innue, Atikamekw,  Algonquin, la Nation Wendat et même quelques convertis de la Nation des Agniers et Abénakis. En même temps, les unions entre les Nations, incluant les colons, est encouragée par les missionaires, car ce type d’union

obligera tous les sauvages à aymer les François comme leurs frères. Ils nous tesmoignent le souhaiter avec passion, car ilz n’ont jamais plus de contentement de noz discours lors que nous leur promettons que nous prendrons leurs filles en mariage, car après cela ilz nous font mille aplaudissements. Ilz nous disent que quand nous ferons ce mariage, ilz nous tiendront comme de leur nation, considérant la descente et parenté des familles par leurs femmes et non par les hommes, d’autant, disent-ilz, que l’on sçait asseurément quelle est la mère de l’énfant, mais non pas asseurément qui en est le père.

Au début, les Jésuites pensent que

ces mariages ne peuvent produire aucun mauvais inconvénient, car jamais les femmes sauvages ne séduiront leurs maris pour vivre misérables dans les bois, comme font les peuples de la Nouvelle-France et les enfans qui naisteront de ces mariages ne peuvent estre autres que chrestiens, nouris et eslevez parmy les François et dans leur habitation, outre qu’il n’y a pas d’apparence, dans la docilité de ce peuple qui n’est prévenu d’aucune autre religion, que la femme estant mariée ne se laisse facilement résoudre a suivre la religion de son mary dans laquelle, quand elle ne considéreroit que la diversité de la vie, elle goustera une vie des anges auprès de la misère des autres femmes sauvages

Dans la première décennie, on renomma la mission en l’honneur de Noël BRÛLARD de Sillery, un Français devenu Jésuite qui avait donné ses biens pour établir une mission visant l’évangélisation des Premières Nations de la Nouvelle-France. On y bâtit des maisons, une chapelle, un moulin et une enceinte bastionnée.

Grâce au Registre de Sillery, qui contient les mariages et baptêmes, la liste des résidents de 1666 ainsi que l’Aveu et  Dénombrement de 1678, nous pouvons constater les actes des quelques 400 hommes, femmes et enfants qui vivaient à la Mission.

Studio_20180825_130047

Le Registre de Sillery reflète bien le rôle «panamérindien» de la mission de Sillery. Des représentants de plusieurs nations y passent ou y séjournent: en plus des Montagnais et des Algonquins du début, il y a des Attikameks, des Hurons, des Nipissiriens, des Abénaquis, des Socoquis, etc., qui viennent s’initier à la foi. La présence ou le séjour à Sillery de grandes figures du monde amérindien comme Noël Negabamat/Tekouerimat, Makheabichigiou, Pigarouich et Tgondatsa, confirment le rôle joué par Sillery dans les relations amérindiennes. Destinée d’abord aux Algonquins et aux Montagnais, Sillery accueille ensuite les Abénaquis, dont la présence est signalée de 1676 à 1688. C’est la période la plus dense du registre pour la fréquence des baptêmes. D’ailleurs, on constate que la plupart des baptêmes d’autochtones conférés à Sillery (1 099 sur 1 716, soit 64%)

À sa naissance l’enfant reçoit un nom amérindien qui lui est propre; au baptême, on lui donne un prénom chrétien. Les Amérindiens n’ont pas de patronymes et il est exceptionnel que l’enfant porte le même nom que son père. Un certain

nombre d’Amérindiens ont hérité de surnoms à la française, indiqués en français dans le texte latin: L’Arquebuze, Le Marchant, Castillon, Compère Colas, le grand Jacques, etc.

A partir de 1687, et pour des raisons non-apparentes, les familles panamérindiennes, maintenant parlant couramment la langue française, quittent Sillery et la mission est abandonnée.

Simultanément, les familles panamérindiennes du défunt Charles PACHIRINI, Sachem du clan Makwag de la Nation WESKARINI (surnommée la Petite Mission), abandonnent le fief Montmagny près de la rivière Tapiskwan, (connue comme le Saint-Maurice) où s’étaient installés ces Sauvages chrétiens.

Trois Rivieres

Dès 1690, on commence à retrouver les familles issues de ces deux emplacements à la Seigneurie de l’île Dupas-et-du-Chicot, que Charles AUBERT de la Chesnaye avait concédé à Louis DANDONNEAU et son beau-frère Jacques BRISSET. L’emplacement, qui consiste d’un réseau d’îles à l’amont du lac Nebesek (connue aussi comme Angoulème et Saint-Pierre), n’avait jamais été habité de façon continue auparavant. L’archipel était un endroit de pêche et de chasse utilisé par plusieurs Premières Nations avoisinantes.

En 1699, les deux endroits se voient enlevés des “Sauvages” et remis aux Jésuites. Le document indique que les “Sauvages” avaient abandonné les emplacements situés près des terres des Jésuites. Le document fût effectué entre Hector de CALLIÈRES et les Jésuites, sans participation ni consentement d’aucun représentant des Premières Nations.

Des recherches plus approfondies doivent avoir lieu afin d’examiner les impacts de ce document sur les revendications territoriales des descendants des Premières Nations qui s’étaient vus abrogés leurs droits à ces territoires.

Sources:

Pierre de SESMAISONS, Raisons qui peuvent induire Sa Saincteté à permettre aux François qui habitent la Nouvelle-France d’espouser dez filles sauvages, quoyque non baptisées ny mesmes encorre beaucoup instruictes à la foy chrestienne [avant 1635] MNFIII

Léo-Paul HÉBERT, Évangéliser les Amérindiens : Le vieux Registre de Sillery (1638-1688) Je me souviens… Numéro 31, automne 1992 URI : id.erudit.org/iderudit/8112ac

Jean COURNOYER, La Mémoire du Québec, de 1534 à nos jours, Stanké 2001

Les Métis de l’Est et le “négationnisme” du professeur Leroux: “Aiabitawisidjik wi mikakik”

Trahir

Par Sébastien Malette, Ph.D., professeur adjoint au Département de droit et d’études juridiques, Université Carleton*

Bois-Brûlés! Sang Mélé!
Mais au fond de ce sang, j’ai des mots sauvages que j’entends encore, et des désirs qui marchent et qui vont bien au-delà de vos clôtures.

Élodie, dans La Dalle-des-Morts de F. A. Savard, 1965

Introduction

Le 27 septembre 2017, le professeur de sociologie Darryl Leroux de l’Université Saint Mary’s a présenté une conférence à l’Université de Montréal, intitulée Le révisionnisme historique et l’autochtonisation : la création des « Métis de l’Est[1] ». Le sujet de sa conférence, en lien avec ses travaux antérieurs, interroge l’existence des Métis des provinces de l’Est du Canada que Leroux accuse de fraude ethnique et d’intentions hostiles envers ce qu’il considère être les « vrais » Autochtones[2]. En résumé, Leroux accuse les Métis des provinces de l’Est du Canada (et du Québec en…

View original post 9,071 more words

The North-West Rebellion (North-West Resistance)

Library and Archives Canada Blog

There are few historical events in our national story that solicit stronger opinions and create more debate than the disputes of 1870 and 1885 between the Métis in Western Canada and the Government of Canada. Various names refer to these two series of events, and their usage often reflects the loyalties, opinions and even biases of the user. Today, we see the application of such terms as rebellion, resistance, insurgency and disputes.

A cartoon drawing of Louis Riel with an angel’s wings, a devil’s tail, and a halo overhead but off to the side. He has the stem of a maple leaf in his mouth, as if it were a blade of grass. Louis Riel portrayed as a devil with angel wings, by Dale Cummings (MIKAN 3018796)

Arguably, the debate on the events of 1870 and 1885, Louis Riel, and the place of the Métis in our history and contemporary Canadian society has had an enduring effect on our national psyche. In March, 1885, an article published in The Globe of Toronto stated: “It is not given to every man to have caused two rebellions. In the history of…

View original post 437 more words

Notable Chicot Métis

Je suis Chicot” said a halfbreed Voyageur with “some” Indigenous blood in his veins. His grandfather was Voyageur, as was his father.

I previously examined the place-name origins of the term “Chicot” in The Many Names of the Métis: here’s more about Chicot.

Here, I’m sharing evidence in empirical form, of Métis whose grandfathers and fathers came from were the Chicot flows:

Chicot Grandmothers and Grandfathers:

Jean-Baptiste LAGIMODIÈRE et Marie-Anne GABOURY

 

Jean-Baptiste RIEL dit l’IRLANDE et Marguerite BOUCHER

 

 

Joseph FAFARD dit DELORME et Charlotte BRISSET

fafard delorme brisset mariage

 

Jean-Baptiste BEAUGRAND dit CHAMPAGNE et Marie Amable MARION

Beaugrand Marion mariage
Source: church records – Berthierville Quebec parish

François DUBOIS et Angélique LARIVIÈRE

Dubois francois

Francois Dubois Angelique Lariviere

Chicot Mothers and Fathers:

Louis RIEL, sr.

Son and daughter of Jean-Baptiste and Marguerite Boucher, christened in Berthierville at the age of 5, along with his sister Sophie, 14 months and his 4 year-old aunt, Angèle Boucher. Noteworthy:  the priest indicated both Boucher and Riel “de cette paroisse”of this parish. He also indicated Angèle’s mother as a “savage mother” – even though Josephe dite Leblanc and Louis Boucher had married at the same church in 1811.

1822 RIEL Louis Sophie bapteme
Source: church records – Berthierville Quebec Parish, 1822

 

 

Joseph FAFARD dit DELORME et Josephte (Josette) BELISLE

FAFARD jr naissance
Source: church records – Berthierville Quebec parish, 1772

Emmanuel BEAUGRAND dit CHAMPAGNE, sr. and Marguerite LAROQUE

 

 

François DUBOIS et Madeleine LABERGE

Manitoba Census 1870 - Page 066 - St Norbert - e010985380-page-001

From the Chicot river to the Red river children:

Louis RIEL and the ministers of his provisional government. Pierre DELORME, top row second from left.

o-LOUIS-RIEL-PHOTOS
Manitoba Provisional Government

 

Emmanuel BEAUGRAND-CHAMPAGNE and Maxime DUBOIS

 

“Taken beside the Regina Court House at the time of their trial. 1. Johnny Sansregret 2. P. Paranteau 3. Pierre Gardiepui 4. Philip Garnot (Riel’s secretary) 5. Albert Monkman 6. Pierre Vandall 7. Babtiste Vandall 8. Touissaint Lucier (reputed to be the strongest man in North West) 9. Maxime Dubois 10. Timmus Short 11. Jean-Baptiste Tourond 12. Emmanuel Champagne.”

Ties between Métis communities run deep. We are vowen like the sash that represents our culture.

Tissés serré comme la Fléchée

Grateful to my own Great-grandmother, Marie-Anne Dubois for retelling this family story. Riel, Delorme, Beaugrand-Champagne were all her cousins.

 

Further reading:

Girouard, Richard A.J. (2001). Les familles Beaugrand dit Champagne (1665-2001) Volume 1 s.e.: s.e.

 

Les multiples noms des Métis: un peu plus sur l’origine du Chicot

En tant que document d’accompagnement d’un blog précédent: Iles Dupas et du Chicot , je veux partager avec vous les origines du terme parfois utilisé pour désigner les Métis.

IMG_20160714_204756
source: http://www.metisnation.org

Auparavant mentionné, mes aïeux Jacques BRISSET et Louis DANDONNEAU étaient les détenteurs de la seigneurie:

received_10154497119204059
Le nom Chicot a été documenté en 1860, lorsque Johann G. Kohl a décrit dans un passage de son livre: Kitch-Gami, Vie Parmi les Ojibwés Lac Supérieur dans lequel il raconte sa discussion en français avec un homme métis qu’il rencontrait lors de ses voyages:

Studio_20160715_140151
En l’absence d’autres informations, Kohl et beaucoup après lui déduit que Chicot signifiait sa traduction française comme “souches mi-brûlées”, et associé avec le teint des Métis qu’il rencontrait.
Chicot, comme beaucoup de noms donnés aux Peuples Autochtones tels que Nipissing, Ahousat, Yellowknives, Mississaugas etc., est en fait un nom de lieu. Chicot est une rivière qui se jette dans l’archipel entre Trois-Rivières et Montréal, entre Berthier et Sorel à l’île Dupas.

Studio_20160715_143550
La rivière Chicot, en amont, prend son départ entre St-Gabriel de Brandon et St-Didace court en direction Sud à travers les communautés de St-Cuthbert, Saint-Norbert et se décharge dans le Saint-Laurent à l’île Dupas. Il est l’un des nombreux cours d’eau utilisés par les Voyageurs, ayant connus sa navigation à partir de leurs famille des Premières Nations. Comme les îles et les villes voisines étaient devenues bondés de colons attirés par le poste de traite à proximité, les Métis et les Premières Nations pagayèrent leur chemin en amont et se construsirent des communautés le long de ses rives.

Studio_20160715_144546

received_10154497119214059
Il est remarquable de souligner les noms des communautés qui ont été utilisés par les Chicots lorsqu’ils s’installèrent dans les communautés le long de la rivière Rouge dans ce qui est devenu le Manitoba: «Brandon» et «St-Norbert».

Le Centre du patrimoine au Manitoba, gardien du patrimoine francophone et métis de l’Ouest canadien a récemment souligné que la municipalité de Taché, Manitoba a récemment reconnu l’importance de Saint-Cuthbert non seulement comme lieu d’origine de sa famille mais aussi comme lieu d’origine de plusieurs familles. Cliquez ici pour plus d’informations

Studio_20160715_161650
Enter a caption

Extrait:

Une Langue of à Nous: La genèse du michif, la langue crie mixte-française des Métis du Canada, Peter Bakker, Oxford University Press, 5 juin 1997

Autres lectures: (version française non-disponible – titres traduits à titre informatif seulement)

Kitchi-Gami: la vie parmi les Ojibway, Johann Georg Kohl, St.Paul: Minnesota Historical Society Press, 1985

One of the Family: Métis Culture in Nineteenth-Century Northwestern Saskatchewan, Brenda Macdougall, UBC Press, 1 janvier 2011

Contours d’un peuple: Metis famille, mobilité et d’ histoire, Nichole St-Onge, Carolyn Podruchny, Brenda Macdougall, University of Oklahoma Press, 18 déc 2014

Foire aux questions, Métis Nation of Ontario (cliquer pour le lien –en Anglais seulement)