Community connections between the Chicot and West Nipissing: “li Mitifs sont tissés serrés comme la Fléchée”

Up until the World Wars, people who left communities were oddities. People grew deep roots in their community; in the case of Métis communities, these roots even predate the arrival of European Settlers.

Voyageurs, well, were travelers – yet as we’ve seen in records, they came back, they kept ties with their kin and their communities. These connections survived through many generations, despite the difficulties in communication. The postal service was a lifeline between kin. Many pints of maple syrup made their way West while lots of Serviceberry Pellican (how us kids called Pemmican) made its way East.

Kin were remembered by nicknames, stories, songs and tall tales; as time passed, everything was embellished and exaggerated to keep the listener enthralled and ensure the story was passed down to the next generation. Yet, the tales stayed true enough that if you did meet the subject in question, you instantly recognized them and felt like you’d known them forever.

By the early eighties, which coincides when the beginning of modern technologies, most of our town folk who were the storytellers had left us. As time passed, the stories became more and more doubted and modern day amenities made the idea that it was possible to keep connected became seen as ludicrous. Funnily enough, before technology, we had no way of verifying these stories – yet we knew them to be true. Today, we’re programmed to see everything through the fake news lens.

It always give me a thrill me when someone who I don’t know personally, but with whom I share many kinship connections, shares stories we’ve both heard from different yet common sources.

Here is one case. This picture and story was posted by Mrs Viviane Roberge, who maintains a wonderful Facebook page about events past and present of the town of St-Gabriel de Brandon, where I was born.

Most of these names are all very familiar to me: although not direct ancestors, Celina Corriveau and Calixte Courchesne are the grandparents of my uncle, Rolland Desrochers. We are related through his wife, my aunt Jeanne Mathews.

I had the pleasure of spending many of Summer vacations with Aunt Jeanne and Uncle Rolland. Although they had moved down to Florida back in the 50s or 60s, they came back almost every Summer and stayed with my grandfather while they visited with their respective families. Uncle Rolland’s brother owned the garage in town and the family was well-known hotel and shopkeepers.Uncle Rolland’s family were seasoned travelers. Like many families from our community, they had been to many places, like the Voyageurs our ancestors all were. Uncle Rolland regaled us with stories of cousins they’d meet during their many travels in a succession of fancy home on wheels.Uncle Rolland’s grandfather Calixte Courchene had left St-Gabriel de Brandon several times, going as far South as Lowell, Massachusetts before setting roots West in the Temiskaming town of Lavigne, where Calixte passed away in 1940. His son Télesphore made sure that all of Calixte’s six wives were named in his burial record.CalisteCourchesnesepulcre

Télesphore Courchesne war born in St-Gabriel de Brandon in 1897, of Calixte’s second wife, Marie Louise Allard:telesphorecourchesnebirth

Telesphore Courchesne

telesphorecourchesneetmarieanneaubin

Télesphore married Marie Anne Aubin in 1920. Himself recognized as a Knowledge Keeper by the Centre franco-ontarien de folklore: https://www.cfof.on.ca/porteurs-de-tradition.One son, Narcisse, followed his father’s footsteps and became the region’s Knowledge Keeper. He published over a dozen books on the region of West Nipissing and is also co-founder of the Sudbury Area History and Genealogy Society. Having become an expert in this field, he helped several members of his community produce their family trees and obtain their Métis cards.

Narcisse Courchesne

     Until Mrs. Viviane Roberge posted in her group St-Gabriel de Brandon, d’une génération à l’autre, I had no idea of this Knowledge Keeper’s name, but I had heard stories of Uncle Rolland’s cousin who even made the trip all the way back to the Chicot to visit his father’s birthplace.I wish I knew this when I had the absolute privilege to visit the area at the invitation of members of Parliament Marc Serré of the riding of Sudbury and Paul Lefebvre of the riding of Nickel Belt back in the Summer of 2017!

mfc visit sudbury nickel belt 2017
Gathering of concerned MNO citizens and the Metis Federation of Canada, August 2017 from left: Robert Pilon, Saskatchewan Métis, President Johanne Brissette, Chicot river Métis, Treasurer Dr. Keen Savard, French river Métis, Consultant Marc Serré, MP for Sudbury Paul Lefebvre, MP for Nickel Belt

If you are related to Calixte, Télesphore and Narcisse and would like to chat about our communities, please drop me a line!

 

Advertisements

Baptêmes MITIF & MITIVE Baptisms

 

d13p_012708912167338949625794636.jpg
MARIE JOSEPH MITIVE  le quatre avril mil sept cent quatre vingt trois par moy, prêtre soussigné de l’agrément de monsieur le curé a été baptisée Marie Joseph, née aux pays d’en haut de père français et de mère Sauvagesse agée de onze ans et trois mois, présentée par le Sr Charles L’AVOINE CHEVALIER. Le parrain a été Mr. Henry Nicolas CATIN, curé de St-Cuthbert et la marraine a été Marie Joseph DÉNOMMÉE femme d’Étienne FRAPPIER qui a declaré ne savoir signer ainsi que le dit Charles L’AVOINE de ce requis.
the year 1860, september 7th by me, undersigned priest was baptized Michel, aged four years and three weeks and born in the Upper Country, of Michel Belhumeur Voyageur currently in this parish who presented himself and a mitive. The godfather Pierre Martin signed. The godmother Thérèse Charron -Payet declared not to be able to sign as well as the father of this (?) Pouget
MICHEL BELHUMEUR L’an mille huit cent six, le sept septembre par moi, prêtre soussigné a été baptisé Michel, agé de quatre ans et trois semaines et né aux paix d’en Haut de Michel BELHUMEUR Voyageur actuellement en cette paroisse qui a présenté lui-même et d’une mitive. Le parrain Pierre Martin a signé. La marraine Thérèse Charron -Payet a declaré ne savoir signer ainsi que le père de ce (?) Pouget

 

nineteen October, one thousand seven hundred and seventy-nine by the undersigned priest, was baptized Marie-Angélique, three years old, mitive belonging to Louis GUIBEAU, son. The godfather was Antoine Guibeau and the godmother Guibeau who said they did not know what to sign. Pouget ptre
MARIE-ANGÉLIQUE MITIVE Le dix-neuf octobre mil sept-cent soixante dix neuf par moy prêtre soussigné a été baptisé Marie-Angélique agée de trois ans, mitive appartenant à Louis GUIBEAU fils. Le parrain a été Antoine Guibeau et la marraine Guibeau qui ont déclaré ne savoir signe de ce requis. Pouget ptre
On February 4th, one thousand seven hundred and eighty-two by the undersigned priest was baptized CHARLOTTE MITIVE, aged about eight years, belonging to Charles LAVOINE dit CHEVALIER. The godfather was Jean-Baptiste COUTU and the godmother Marguerite LAVOINE dit CHEVALIER wife of Jacques LESAGE who declared not knowing how to sign this required. Pouget ptre
CHARLOTTE MITIVE Le quatre février mil sept cent quatre-vingt deux par moy prêtre soussigné a été baptisée CHARLOTTE MITIVE agée d’environ huit ans appartenant à Charles LAVOINE dit CHEVALIER. Le parrain a été Jean-Baptiste COUTU et la marraine Marguerite LAVOINE dit CHEVALIER femme de Jacques LESAGE qui ont déclaré ne savoir signer de ce requis. Pouget ptre
On September 29, one thousand seven hundred and eighty-two by the undersigned priest was baptized LOUIS MITIF born in the Pays d'en Haut, aged three years owned by Louis THIVIERGE the godfather was Antoine CARDRON dit ST-PIERRE and the godmother Marguerite VAUDRY woman of Pierre ETHIER who declared not to know signed of this required - Pouget ptre
LOUIS MITIF Le vingt-neuf septembre mil sept cent quatre vingt-deux par moy prêtre soussigné a été baptisé LOUIS MITIF né au Pays d’en Haut, agé de trois ans appartenant à Louis THIVIERGE le parrain a été Antoine CARDRON dit ST-PIERRE et la marraine Marguerite VAUDRY femme de Pierre ETHIER qui ont déclaré ne savoir signé de ce requis – Pouget ptre
The third of October, one thousand seven hundred and eighty-four by the undersigned priest, was christened NICOLAS, born in the upper country of a CANADIAN father and mother SAUVAGESSE belonging to NICOLAS MONTOUR resident in the said upper country, already three years old and presented by Joseph FAGNAN the godfather was Antoine DÉSROSIERS and the godmother Elizabeth PAGÉ who with the presenting declared not knowing to sign this (?).
NICOLAS MITIF MONTOUR Le trois octobre mil sept-cent quatre vingt quatre par moy prêtre soussigné a été baptisé NICOLAS, né aux pays d’en haut de père CANADIEN et de mère SAUVAGESSE appartenant à NICOLAS MONTOUR résident aux dits lieux d’en haut, déjà agé de trois ans et présenté par Joseph FAGNAN le parrain a été Antoine DÉSROSIERS et la marraine Elizabeth PAGÉ qui on avec le présentant déclaré ne savoir signer de ce (?enquis).
Studio_20181127_112522
GUILLAUME MITIF L’an mil huit cent sept le quatre octobre par moi prêtre soussigné a été baptisé GUILLAUME agé de six ans né aux pays d’en haut et présenté par Pierre MAILLOUX au nom de JEAN MCGILIVRAY. Le parrain Joseph BONDY écuyer et la marraine Marie Stuar Mcferlan ont signé et le présentateur
The year 1832, the tenth of August, by I, the undersigned priest, was a Baptist, about twelve years old, born in the upper country of Antoine COLIN and a SAUVAGESSE, presented by Joseph Ambroise Olivier, farmer of this parish to whom Colin said it entrusted him for his Christian education. His godfather Pierre OLIVIER could not sign. The godmother Rosalie DEROSIER wife of the aforementioned Joseph Ambroise OLIVIER to sign with him * baptized Jean;
JEAN-BAPTISTE MITIF L’an mil huit cent-six le dix aoust par moi prêtre soussigné a été *baptiste agé d’environ douze ans né aux pays d’en haut d’Antoine COLIN et d’une SAUVAGESSE, présenté par Joseph Ambroise Olivier, cultivateur de cette paroisse a qui le dit Colin l’a confié pour son éducation chrétienne. Son parrain Pierre OLIVIER n’a pu signer. La marraine Rosalie DEROSIER épouse du susdit Joseph Ambroise OLIVIER a signer avec lui *baptisé Jean;
MAXIME MITIF
MAXIME MITIF L’an mil huit cent sept le quatre décembre par moi prêtre soussigné a été baptisé Maxime agé de quatorze ans, né aux pays d’en haud de père CANADIEN et de mère SAUVAGESSE, présenté par Alexis PIET au nom de Louis DUCHÊNE dit LAPRAIRIE. Le parrain Augustin COTTIN et la marraine Marie-Joseph PARENT épouse du dit Cottin ont signé.
PIERRE MITIF
PIERRE MITIF L’an mil huit cent sept le trois novembre par moi prêtre soussigné a été baptisé PIERRE agé de douze ans né aux pays d’en haut d’un père EUROPÉEN et d’une mère SAUVAGESSE, présenté par PIERRE MAILLOUX marchand Voyageur au nom de WILLIAM MCGILIVRAIE (Hgt?) Le parrain CHARLES PIET n’a su signer; la marraine MARIE ANNE HUBARDEAU GRENET a signé avec le présentateur.
ANTOINE, MARIE-JOSEPH ET ROSALIE MITIFS
ANTOINE, MARIE-JOSEPH, ROSALIE MITIFS L’an mil huit cent huit le vingt-deux octobre par moi, prêtre soussigné ont été baptisés ANTOINE, agé de six ans, MARIE-JOSEPH, agée de deux ans et ROSALIE, agée d’un an, nés aux pays d’en haut de père CANADIEN et de mère SAUVAGE, présentés par François MORIN de cette paroisse arrivant des pays susdits. Le parrain et la marraine du garçon ont été AMABLE CHARON et GENEVIÊVE COTTIN PIET, laquelle a signée; ceux de MARIE-JOSEPH ont été ANTOINE MATTHE et THÉRÊSE ROBILLARD MATTHE qui n’on su signer ainsi que PIERRE GALLIEN (sp?) et MARIE-JOSEPH LEBLANC, parrain et marraine de ROSALIE et le présenteur de ceux-ci
JEAN-BAPTISTE MITIF
JEAN-BAPTISTE MITIF L’an mil huit cent huit le vingt-neuf février moi prêtre soussigné a été baptisé JEAN-BAPTISTE, agé de douze ans né aux pays d’en haut d’un père CANADIEN et d’une mère SAUVAGESSE, présenté par FRANÇOIS MANDEVILLE. Le parrain AMABLE CHARRON et la marraine MARIE-JOSEPH LAURENCE ENAUD ont déclaré ne savoir écrire.
ANNE-LOUISE MITIVE
ANNE-LOUISE MITIVE L’an mil huit cent neuf le vingt huit novembre par moi, prêtre soussigné a été baptisée ANNE-LOUISE agée de six ans née aux pays d’en haut de père CANADIEN et mère SAUVAGESSE présenté ici par Jean-Baptiste FALARDEAU qui ne sait écrire. Le parrain Louis Marie OLIVIER écuyer et la marraine Marie-Anne FALARDEAU qui ont signé.
JEAN-BAPTISTE MITIF
JEAN-BAPTISTE MITIF L’an mil huit cent onze le trente septembre par moi prêtre soussigné a été baptisé JEAN-BAPTISTE agé de trois ans né aux pays d’en haut de père CANADIEN et mère SAUVAGE, présenté par Jean-Baptiste DUBORD dit LATOURELLE. Le parrain Joseph DUBORD et la marraine Marie-Angélique GILBERT ont déclaré ne savoir écrire, ainsi que le présentateur
ANNE MITIVE, SUSANNE MITIVE, MAGDELEINE MITIVE
ANNE MITIVE ANGLO-CANADIENNE SAUVAGE L’an mil sept cent quatorze le vingt six juillet je soussigné prêtre ay supplie les cérémonies du baptême à une fille imbécile agée de dix ans, l’ayant ondoyé à la maison en danger de mort. Elle est née aux pays d’en haut de père ANGLO-CANADIEN et de mère SAUVAGE. Elle a été nommée ANNE par mtre Jean-Baptiste MCBEAN notaire public et GENEVIEVE PAPIN YZERHOFF ses parrain et marraine qui ont signé. SUSANNE MITIVE L’an mil huit cent quatorze le vingt six juillet par moi prêtre soussigné a été baptisée SUSANNE MATHILDE agée de huit ans née aux pays d’en haut de père ANGLO-CANADIEN et de mère SAUVAGE. Le parrain Louis Joseph GAUTHIER et la marraine FRANCOISE BERGEVIN DELIGNY ont signé. MAGDELEINE MITIVE L’an mil huit cent quatorze le vingt six juillet par moi prêtre soussigné a été baptisée MAGDELEINE agée de cinq ans née aux pays d’en haut de père ANGLO-CANADIEN et de mère SAUVAGE le parrain François KNAIGT et la marraine Marie Charles MCKAYE-JACQUES ont signé.

 

ANGELIQUE MITIVE
ANGELIQUE MITIVE L’an mil huit cent quinze le seize octobre par moi prêtre soussigné a été baptisée MARIE-ANGÉLIQUE agée de cinq ans née aux pays d’en haut et présentée par Louis FALARDEAU. Le parrain Jean-Baptiste FALARDEAU et la marraine Claire PETIT-SAVIGNAC ont déclaré ne savoir écrire ainsi que le présentateur de se enquis.
ALEXIS MITIF GENEVIEVE MITIVE
ALEXIS MITIF MCKAY Le trente et un juillet mil sept cent quatre vingt six par moy prêtre soussigné a été baptisé ALEXIS MITIF présenté par Ignace MCKAYE Voyageur qui le reconnait pour sien. Le parrain a été Jean-Baptiste PIET qui a déclaré ne savoir signer et la marraine Marguerite FORTIN femme de Joseph LECLAIR qui a signé avec le père. GENEVIEVE MITIVE MCKAYE Le trente et un juillet mil sept cent quatre vingt six par moy prêtre soussigné a été baptisé GENEVIÈVE agée de trois ans et cinq mois MITIVE présentée par Ignace MCKAYE Voyageur qui la reconnait pour la sienne. Le parraine a été Prisc (?) FERLAND et la marraine Marie-Joseph DUBORD femme de Pierre DOSTALAIRE qui ont signé avec le père.

MARIE HENRY MITIVE
L’an mil huit cent quinze le trente septembre par moi prêtre soussigné a été baptisée MARIE HENRY née aux pays d’en haut de père CANADIEN et de mère SAUVAGE au rapport de François PIET habitant de MASKINONGÉ et présentée par lui. Le Parrain Augustin NAUD et la marraine (?) GERMAIN ont déclaré ne savoir écrire ainsi que le présentateur.

Les multiples noms des Métis: un peu plus sur l’origine du Chicot

En tant que document d’accompagnement d’un blog précédent: Iles Dupas et du Chicot , je veux partager avec vous les origines du terme parfois utilisé pour désigner les Métis.

IMG_20160714_204756
source: http://www.metisnation.org

Auparavant mentionné, mes aïeux Jacques BRISSET et Louis DANDONNEAU étaient les détenteurs de la seigneurie:

received_10154497119204059
Le nom Chicot a été documenté en 1860, lorsque Johann G. Kohl a décrit dans un passage de son livre: Kitch-Gami, Vie Parmi les Ojibwés Lac Supérieur dans lequel il raconte sa discussion en français avec un homme métis qu’il rencontrait lors de ses voyages:

Studio_20160715_140151
En l’absence d’autres informations, Kohl et beaucoup après lui déduit que Chicot signifiait sa traduction française comme “souches mi-brûlées”, et associé avec le teint des Métis qu’il rencontrait.
Chicot, comme beaucoup de noms donnés aux Peuples Autochtones tels que Nipissing, Ahousat, Yellowknives, Mississaugas etc., est en fait un nom de lieu. Chicot est une rivière qui se jette dans l’archipel entre Trois-Rivières et Montréal, entre Berthier et Sorel à l’île Dupas.

Studio_20160715_143550
La rivière Chicot, en amont, prend son départ entre St-Gabriel de Brandon et St-Didace court en direction Sud à travers les communautés de St-Cuthbert, Saint-Norbert et se décharge dans le Saint-Laurent à l’île Dupas. Il est l’un des nombreux cours d’eau utilisés par les Voyageurs, ayant connus sa navigation à partir de leurs famille des Premières Nations. Comme les îles et les villes voisines étaient devenues bondés de colons attirés par le poste de traite à proximité, les Métis et les Premières Nations pagayèrent leur chemin en amont et se construsirent des communautés le long de ses rives.

Studio_20160715_144546

received_10154497119214059
Il est remarquable de souligner les noms des communautés qui ont été utilisés par les Chicots lorsqu’ils s’installèrent dans les communautés le long de la rivière Rouge dans ce qui est devenu le Manitoba: «Brandon» et «St-Norbert».

Le Centre du patrimoine au Manitoba, gardien du patrimoine francophone et métis de l’Ouest canadien a récemment souligné que la municipalité de Taché, Manitoba a récemment reconnu l’importance de Saint-Cuthbert non seulement comme lieu d’origine de sa famille mais aussi comme lieu d’origine de plusieurs familles. Cliquez ici pour plus d’informations

Studio_20160715_161650
Enter a caption

Extrait:

Une Langue of à Nous: La genèse du michif, la langue crie mixte-française des Métis du Canada, Peter Bakker, Oxford University Press, 5 juin 1997

Autres lectures: (version française non-disponible – titres traduits à titre informatif seulement)

Kitchi-Gami: la vie parmi les Ojibway, Johann Georg Kohl, St.Paul: Minnesota Historical Society Press, 1985

One of the Family: Métis Culture in Nineteenth-Century Northwestern Saskatchewan, Brenda Macdougall, UBC Press, 1 janvier 2011

Contours d’un peuple: Metis famille, mobilité et d’ histoire, Nichole St-Onge, Carolyn Podruchny, Brenda Macdougall, University of Oklahoma Press, 18 déc 2014

Foire aux questions, Métis Nation of Ontario (cliquer pour le lien –en Anglais seulement)

The Many Names of the Métis: here’s more about Chicot

As a companion piece of a previous blog: Iles Dupas et du Chicot, I want to share with you the origins of the term sometimes used to designate Métis.

As previously mentioned, Jacques BRISSET and Louis DANDONNEAU were the holders of the title to the area:

received_10154497119204059

The name Chicot was later documented in 1860, when Johann G. Kohl wrote a passage in his book: Kitch-Gami, Life Among the Lake Superior Ojibwa in which he retells his discussion in French with a Métis man he encountered during his travels:

Studio_20160715_140151

With no other information, Kohl and many after him deduced that Chicot meant its literal translation from French as “half-burnt stumps”, and associated it with the complexion of the Métis he met.

Chicot, like many names given to Indigenous Peoples such as Nipissing, Ahousat, Yellowknives, Mississaugas etc., is in fact a place-name. Chicot is a river that runs into the archipelago between Trois-Rivières and Montréal, between Berthier and Sorel and known today as île Dupas.

Studio_20160715_143550

The Chicot travels downstream, beginning between St-Gabriel de Brandon and St-Didace and flows South through the communities of St-Cuthbert, St-Norbert to discharge into the Saint-Lawrence at île Dupas. It is one of the many rivers used by Voyageurs, who learned to navigate it from their First Nations kin. As the islands and neighbouring towns became crowded with Settlers attracted to the nearby trading post, Métis paddled their way upstream and built communities along its shores.

Studio_20160715_144546

received_10154497119214059

It is noteworthy to highlight the names of the communities that were used by Chicots who set up communities along the Red river in what became Manitoba: “Brandon“, “St-Cuthbert” and “St-Norbert“.

Studio_20160715_161650

Excerpt from:

A Language of Our Own: The Genesis of Michif, the Mixed Cree-French Language of the Canadian Métis, Peter Bakker, Oxford University Press, Jun 5, 1997

Further readings:

Kitchi-Gami : life among the Ojibway, Johann Georg Kohl, St.Paul: Minnesota Historical Society Press, 1985

One of the Family: Metis Culture in Nineteenth-Century Northwestern Saskatchewan, Brenda Macdougall, UBC Press, Jan 1, 2011A Language of Our Own: The Genesis of Michif, the Mixed Cree-French Language of the Métis, Peter Bakker, Oxford University Press, Jun 5, 1997

Contours of a People: Metis Family, Mobility, and HistoryNichole St-Onge, Carolyn Podruchny, Brenda Macdougall, University of Oklahoma Press, Dec 18, 2014

Frequently Asked Questions, Métis Nation of Ontario  (click for link)