Les multiples noms des Métis: un peu plus sur l’origine du Chicot

En tant que document d’accompagnement d’un blog précédent: Iles Dupas et du Chicot , je veux partager avec vous les origines du terme parfois utilisé pour désigner les Métis.

IMG_20160714_204756
source: http://www.metisnation.org

Auparavant mentionné, mes aïeux Jacques BRISSET et Louis DANDONNEAU étaient les détenteurs de la seigneurie:

received_10154497119204059

Le nom Chicot a été documenté en 1860, lorsque Johann G. Kohl a décrit dans un passage de son livre: Kitch-Gami, Vie Parmi les Ojibwés  Lac Supérieur dans lequel il raconte sa discussion en français avec un homme métis qu’il rencontrait lors de ses voyages:

Studio_20160715_140151

En l’absence d’autres informations, Kohl et beaucoup après lui déduit que Chicot signifiait sa traduction française comme “souches mi-brûlées”, et associé avec le teint des Métis qu’il rencontrait.

Chicot, comme beaucoup de noms donnés aux Peuples Autochtones tels que Nipissing, Ahousat, Yellowknives, Mississaugas etc., est en fait un nom de lieu. Chicot est une rivière qui se jette dans l’archipel entre Trois-Rivières et Montréal, entre Berthier et Sorel à l’île Dupas.

Studio_20160715_143550

La rivière Chicot, en amont, prend son départ entre St-Gabriel de Brandon et St-Didace court en direction  Sud à travers les communautés de St-Cuthbert, Saint-Norbert et se décharge dans le Saint-Laurent à l’île Dupas. Il est l’un des nombreux cours d’eau utilisés par les Voyageurs, ayant connus sa navigation à partir de leurs famille des Premières Nations. Comme les îles et les villes voisines étaient devenues bondés de colons attirés par le poste de traite à proximité, les Métis et les Premières Nations pagayèrent leur chemin en amont et se construsirent des communautés le long de ses rives.

Studio_20160715_144546

received_10154497119214059

Il est remarquable de souligner les noms des communautés qui ont été utilisés par les Chicots lorsqu’ils s’installèrent dans les communautés le long de la rivière Rouge dans ce qui est devenu le Manitoba: «Brandon» et «St-Norbert». 

Le Centre du patrimoine au Manitoba, gardien du patrimoine francophone et métis de l’Ouest canadien a récemment souligné que la municipalité de Taché, Manitoba a récemment reconnu l’importance de Saint-Cuthbert non seulement comme lieu d’origine de sa famille mais aussi comme lieu d’origine de plusieurs familles. Cliquez ici pour plus d’informations 

Studio_20160715_161650
Enter a caption

Extrait:

Une Langue of à Nous: La genèse du michif, la langue crie mixte-française des Métis du Canada, Peter Bakker, Oxford University Press, 5 juin 1997 

Autres lectures: (version française non-disponible – titres traduits à titre informatif seulement)

Kitchi-Gami: la vie parmi les Ojibway, Johann Georg Kohl, St.Paul: Minnesota Historical Society Press, 1985

One of the Family: Métis Culture in Nineteenth-Century Northwestern Saskatchewan, Brenda Macdougall, UBC Press, 1 janvier 2011 

Contours d’un peuple: Metis famille, mobilité et d’ histoire, Nichole St-Onge, Carolyn Podruchny, Brenda Macdougall, University of Oklahoma Press, 18 déc 2014

Foire aux questions, Métis Nation of Ontario (cliquer pour le lien –en Anglais seulement)

Je dédie cette pièce à Claude Samson, président de la Nation Métisse Contemporaine, décédé mercredi, le 13 juillet. Mes profondes condoléances à Monique, Karine, Mélanie et leur familles.

The Many Names of the Métis: here’s more about Chicot

As a companion piece of a previous blog: Iles Dupas et du Chicot, I want to share with you the origins of the term sometimes used to designate Métis.

As previously mentioned, Jacques BRISSET and Louis DANDONNEAU were the holders of the title to the area:

received_10154497119204059

The name Chicot was later documented in 1860, when Johann G. Kohl wrote a passage in his book: Kitch-Gami, Life Among the Lake Superior Ojibwa in which he retells his discussion in French with a Métis man he encountered during his travels:

Studio_20160715_140151

With no other information, Kohl and many after him deduced that Chicot meant its literal translation from French as “half-burnt stumps”, and associated it with the complexion of the Métis he met.

Chicot, like many names given to Indigenous Peoples such as Nipissing, Ahousat, Yellowknives, Mississaugas etc., is in fact a place-name. Chicot is a river that runs into the archipelago between Trois-Rivières and Montréal, between Berthier and Sorel and known today as île Dupas.

Studio_20160715_143550

The Chicot travels downstream, beginning between St-Gabriel de Brandon and St-Didace and flows South through the communities of St-Cuthbert, St-Norbert to discharge into the Saint-Lawrence at île Dupas. It is one of the many rivers used by Voyageurs, who learned to navigate it from their First Nations kin. As the islands and neighbouring towns became crowded with Settlers attracted to the nearby trading post, Métis paddled their way upstream and built communities along its shores.

Studio_20160715_144546

received_10154497119214059

It is noteworthy to highlight the names of the communities that were used by Chicots who set up communities along the Red river in what became Manitoba: “Brandon“, “St-Cuthbert” and “St-Norbert“.

Studio_20160715_161650

Excerpt from:

A Language of Our Own: The Genesis of Michif, the Mixed Cree-French Language of the Canadian Métis, Peter Bakker, Oxford University Press, Jun 5, 1997

Further readings:

Kitchi-Gami : life among the Ojibway, Johann Georg Kohl, St.Paul: Minnesota Historical Society Press, 1985

One of the Family: Metis Culture in Nineteenth-Century Northwestern Saskatchewan, Brenda Macdougall, UBC Press, Jan 1, 2011A Language of Our Own: The Genesis of Michif, the Mixed Cree-French Language of the Métis, Peter Bakker, Oxford University Press, Jun 5, 1997

Contours of a People: Metis Family, Mobility, and HistoryNichole St-Onge, Carolyn Podruchny, Brenda Macdougall, University of Oklahoma Press, Dec 18, 2014

Frequently Asked Questions, Métis Nation of Ontario  (click for link)

 

#Métis Ruling: So now what?

Yesterday was the Supreme Court Ruling about giving Thanks and acknowledgement to the people who sacrificed so much to get to the highest court in the land. For a plain language interpretation of the ruling, my friend Dr. Sébastien Malette, who helped the Métis Federation of Canada prepare their Factum for the cause, has taken the time to explain to me what the ruling means. Click here to see his take on it.

Today and henceforth, the hard work begins.

So now what?

This is where the Nation – or Community – comes to play.

Metis ruling

Nations AND CommunitiesPlural.

I refuse to wallow in negativity – it’s standing room only in there already. I have no desire , claim to fame or recognition because it’s not even close to being part of my wheelhouse. Notice: no PayPal button anywhere on my blog.

My community is Nitaskinan. My ties are tied to the land of my Indigenous ancestors. The home and hearth of my many First Nations ggggrandmothers. The Settler construct of ownership is not part of my wheelhouse either.

Treaty Métis (Otipemsiwak?) needs are different than Unceded-Land Métis (Abitawisiwak?). Even though some of us have indeed kinship connections, the land which claims us is as different as the harvest she gives to nourish us.

My community sits on Atikamekw land for which a Comprehensive Land Claim and Self-Government Negotiations currently being negotiated with Indigenous and Northern Affairs Canada.

My community may need to re-learn our Oral History. My community may need healing. My community may need Economic Development.

Settlers living on Atikamekw Land need Truth, Humility, Honesty, Wisdom, Respect, Courage and Love and implement all 94 Calls to Action of the Truth and Reconciliation Commission of Canada.

My community will need to rekindle our kinship with the Atikamekw Nation and help our Community as Stewards of Nitaskinan.

Kwei. Qallunette nit icinikason!  Nitaskinan ni otcin. Ni mireriten!

 

La question: Aaniin odoodemaayan?

 

Aaniin odoodemaayan?

Je ne peux pas répondre à cette question. Je sent parfois comme si la réponse m’a été volée. Mais je continue à la chercher.

Le nom d’origine de la rivière St-Maurice était “Métabéroutin”, nom Algonquin qui signifie “décharge du vent”; la Nation Atikameks de Haute-Mauricie la nomme toujours “Tapiskwan Sipi”, la “rivière de l’aiguille filée”.La Nation Abénaquis la nomme “Madôbaladenitekw” ou la “rivière qui se termine”.

Une rivière. Plusieurs noms. Des noms qui veulent dire quelque chose, qui informent du terrain. Des noms Autochtones.

En cherchant ma généalogie matriarchale, beaucoup de mes ancêtres “apparaissent” de nulle part. Des irrégularités d’orthographe dans les registres de l’Église, des entrées manquantes, des espaces vides. Pleins de culs-de-sac.

État et l’Église; Église et l’État. Travaillant ensemble en étroite collaboration aussitôt les Jésuites remplacés par les Sulpiciens en tant que curatelle des registres de Kebec / Nouvelle-France / Bas-Canada / Canada-Est / Québec. La Société Notre-Dame de Montréal, fondée par De la Dauversière , avait pour but de convertir et civiliser les Peuples Autochtones, suite aux directives du Roi Louis XIV et la dissolution de la Compagnie des Cent-Associés de la Nouvelle-France.  

Montreal_13_db
Séminaire Saint-Sulpice, Tiohtià: ke.

Comment pourraient-ils civiliser mes ancêtres?

Traduire leurs noms, il semble. Les * Franciser *, peut-être?

En lisant les “Relations des Jésuites” (1632-1673),  on peut conclure que Lallemont, LeJeune, Bréboeuf et autres ont fait une tentative d’enregistrer les noms sous la forme écrite plus proche possible. On peut reconnaître les protagonistes communs des différents auteurs même si l’orthographe diffère.

Par exemple, Noël Negabamat, Tekouerimat, Tek8erimat était un guide constant des premiers Jésuites. Plus tôt dénommé Noël Negabamat, Père LeJeune a veillé expliquer son changement de nom qui refléta son ascendant au rôle de capitaine de sa communauté. Ironie du sort, capitaine dechasse est le terme également utilisé par les Métis Otipemsiwak des Prairies.

Comme nous pouvons constater dans la correspondance plus tard, Capitaine Noël Negabamat Tekouerimat pouvait converser en français et en anglais – après avoir passé du temps avec les Anglais dans la terre des Abénakis:

Studio_20160402_015421.png

Correspondance entre Noël Negabamat Tekouerimat, Capitaine Chrétien, à Père LeJeune en France, Relations des Jésuites, 1654.

Qu’en est- il de *l’autre* Noël? Mon ancêtre Noël Langlois?

Enregistré en tant que Pilote (capitaine) du Fleuve Saint-Laurent et pêcheur. Dont l’ identité est vivement débattue, mais dont la généalogie est bien documentée. Dont les descendants vivent sur la terre Atikamekw de Nitaskinan que les colons appellent Lanaudière et Mauricie?

Un autre de mes ancêtres et l’ancêtre de nombreux Voyageurs, Hivernants et de Métis Otipemsiwak.

C’est peut-être seulement qu’une coïncidence que ces 2 Noël du même âge vivaient côte à côte à Kamiskoua-Ouangachi – la Mission de Sillery. un Chef chrétien Autochtone et un Colon. L’un capitaine et pêcheur – l’autre un pilote et pêcheur.

Regardons d’autres noms Autochtones qui ont été francisé par les missionnaires sulpiciens:

LAMONTAGNE – Watso

PISSENNE:

MICHEL: